Résultats

Activité du laboratoire de Phytopharmacie

Chef du Labo : Dr Philippe CORREA

Projet de décontamination du site pollué aux pesticides de la DRDR de Louga (PDSPP)

Après plusieurs années de stockage et d’utilisation de pesticides dans l’agriculture et surtout pendant les invasions acridiennes, beaucoup de sites ont été pollués au Sénégal par ces produits très dangereux. Les analyses des sols ont révélé que le site de Louga était le plus pollué. L’objectif principal du projet de décontamination du site pollué aux pesticides de la DRDR de Louga (PDSPP) était d’assainir ce sol pour assurer une santé humaine et environnement.

Suite au protocole d’accord entre la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) et la DPV (Direction de la Protection des Végétaux), toutes les missions de décontamination du site pollué aux pesticides de la DRDR de Louga ont été effectuées pour cette première phase. Elles ont été destinées au contact des partenaires, à la logistique, au démarrage et la poursuite du travail du sol (bioremédiation) et aux prélèvements d’échantillons de sol en vue d’analyses au laboratoire.

Suivant les recommandations du document de base sur la bioremédiation les 4 agents qui doivent travailler sur le terrain (site pollué) ont été soumis aux analyses de niveaux d’acétylcholinestérase (AChE) avant le démarrage des opérations. Tous les 4 agents (Dr Philippe CORREA, Mme Diallo Mariama DIAFOUNE et deux autres ouvriers) ont été jugés aptes à effectuer le travail. Mr. Mbargou Lo, expert national du projet, a été chargé de superviser les activités.

La bioremédiation est une technique de gestion des déchets qui consiste à utiliser des organismes pour éliminer ou neutraliser les polluants d'un site contaminé. Le traitement utilise des organismes naturels déjà présents dans le sol pour décomposer les substances dangereuses en substances moins toxiques ou non toxiques. La bioremédiation du sol consiste à augmenter l'activité biologique pour décomposer les contaminants dans le sol en améliorant les conditions du sol, notamment la matière organique, l’humidité, la fertilité, les niveaux de nutriments et la température.

Après ajout d’engrais et de matière organique, suivis de labours et retournements réguliers du sol pollué, les résultats des analyses de sol effectuées par le Laboratoire de la Fondation Ceres-Locustox ont révélé une augmentation de la teneur en Azote et Phosphore total, un pH compris entre 6 et 8 et des taux de résidus de pesticides de la famille des organophosphorés largement inférieurs aux taux seuils indiqués dans le document de base de la bioremédiation.

L’obtention de ces résultats permet de conclure que la bioremédiation a réussi au bout de 7 mois de travail (mars - septembre 2023) et que la deuxième étape du protocole FAO-DPV peut être envisagée.


# #


Mission de mise en place du projet pilote de gestion des emballages vides de Missirah (Tamba) et l’évaluation des stocks dans les magasins des Groupements de Producteurs de coton.

Lors d’un atelier sur la gestion des emballages vides tenu à Bamako en 2017, le Projet (Projet régional FAO/FEM (GCP/INT/147/GEF) Élimination des pesticides obsolètes y compris les POP et Renforcement de la gestion des pesticides dans les pays membres du Comité permanent inter-états de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS)) avait recommandé la mise en place dans les pays de projets pilote de gestion rationnelle des emballages vides dans une aire géographique limitée. Ce micro projet était reproductible dans toute la zone de production. Ainsi Missirah (Tamba) et Notto Gouye Diama (Thiès) furent désignés respectivement dans les zones cotonnière et maraichère pour abriter ces projets pilotes.

Une réunion a été tenue le 26 octobre 2021 dans le secteur cotonnier de la Sodefitex de Missirah avec comme ordre du jour mise en place du projet pilote de gestion des emballages vides de pesticides (objectifs, résultats attendus et formation du bureau de coordination).

Des visites de constat et d’évaluation des stocks d’emballages vides collectés au cours de cette campagne cotonnière ont été effectuées par une mission composée des agents de la Sodefitex, l’expert national, Mr Mbargou LO et le membre du groupe thématique de la DPV, Feu Malick NDOUR avec comme objectif de vérifier si les engagements des producteurs ont été respectés (80-90% d’EV collectés).

Les objectifs de la mission du 25-30 octobre 2021, menée par la DPV à travers le labo phytopharmacie (représenté par Philippe CORREA), étaient de mettre en place le Projet pilote de gestion des emballages vides de pesticides de Missirah et d’observer dans les magasins villageois de groupements de producteurs les stocks d’emballages vides de pesticides collectés (pour vérifier si les engagements ont été respectés, le taux de récupération) pour envisager la poursuite du programme (collecte secondaire et recyclage).

On a constaté que la sensibilisation sur la nécessité d’une gestion écologique des emballages vides a porté ses fruits dans toutes les zones visitées car la plupart des producteurs ont collecté les emballages vides issus des traitements phytosanitaires de la présente campagne. Ils ne les ont pas encore tous transporté vers le magasin du Groupement.

Les perspectives étaient de : poursuivre la sensibilisation des producteurs sur le danger des emballage vides et d’organiser des missions de recyclage de ces emballages.


# #


Acquisition d’un distillateur alambic pour l'extraction des huiles essentielles au laboratoire de Phytopharmacie.

Le laboratoire de Phytopharmacie de la DPV dispose maintenant d’un grand distillateur alambic pour l’extraction des huiles essentielles (HE). Ce matériel a été octroyé au labo par les bailleurs de fonds (AFD et CEDEAO) dans le cadre du projet SyRIMAO (Système régional innovant de contrôle des mouches des fruits en Afrique de l’Ouest). Cet alambic a été inauguré le lundi 10 juillet 2023 en présence du Directeur de cabinet du MAERSA, du Directeur de la DPV (Dr Saliou NGOM), du coordonnateur du projet (Dr El Hadj Omar DIENG), du chef du labo (Dr Philippe CORREA) et de son personnel, des partenaires, etc. Dans le projet SyRIMAO, ce distillateur d’une capacité d’extraction journalière de plus de 500 ml a fourni l’huile essentielle utilisée dans la lutte contre la mouche des fruits (Bactrocera dorsalis) qui occasionne d’importants dégâts sur les mangues.

Etant un laboratoire de recherche, le personnel s’oriente dans la recherche et l’extraction d’autres huiles essentielles qui pourraient être utilisées dans la lutte contre les bioagresseurs d’une manière générale.

Le labo de phytopharmacie reste ouvert à tout autre partenaire (bailleur, organisme publique ou privé de recherche, de formation ou développement, etc.) intéressé par la lutte contre les ennemis de culture avec l’utilisation des HE. L’extraction s’élargie même jusqu’au entreprise qui s’active dans la cosmétique et l’alimentation.


# #